vendredi 1 juillet 2011

Récidive

 -… fraise des bois, fraise des bois, ma bouche gourmande te mangera…

Ritournelle éternelle. Elle me lézarde l’esprit. Il faut que je m’en acquitte. Acquitté ! Il a été acquitté et moi je récidive. Je ne supporte plus la violence tonitruante de ce souvenir.
Ma pèlerine ! Il fait froid dehors, il ne manquerait plus que j’attrape aussi un rhume. Je n’ai jamais supporté les frémissements de la fièvre. Je ne peux soutenir que mon corps me trahisse lui aussi.
Je vais me rafraichir le corps et les idées.
-… Avant le printemps, je viens surveiller ta pousse, je dégage tous les brins, j'écarte la mousse…
Comptine anodine. Je déteste le printemps, je déteste les fraises, je déteste l’été. Si seulement on pouvait passer directement des marrons chauds au sorbet aux poires, automne et hiver uniquement. Point de bras nus, point de corps dévoilés.
Ma pèlerine… Sortir avant que l’attirance macabre ne s’empare de moi. Isolement extérieur pour me fuir moi-même.
-… Et quand arrive la fleur, blanc fragile et jaune au cœur, si elle ne gèle pas, je t'attends déjà…
Cette rengaine qui m’enchaine. Pourquoi moi ? Pourquoi ? Depuis toutes ces années, je ne peux me libérer de cette question, car personne n’y répond.
La mousse des arbres réveille mes souvenirs. Débordement pilaire de ses branches. Invasion douloureuse. Mon corps a mal. Mon attirance vers la nature se transforme en frousse. Que me restera-t-il lorsqu’il m’aura tout enlevé ?
Récidive…
Cette fois je ne dois pas me rater.
-… Quand de fleur tu deviens fruit, de plus en plus rouge, ton parfum qui te trahit, met l'eau à la bouche…
Refrain chagrin. Fruit je ne serais jamais. Contrepoint de ma souffrance. Il m’a volé mon enfance mais je ne veux pas devenir une grande-personne. La convention voudrait que je sois où on m’attend : une enfant qui a muri trop tôt, une adulte que la souffrance a fait grandir bien trop vite. Mais je n’en veux pas, je ne veux pas changer, je voudrai d’abord retrouver l’enfant que j’étais avant.
Avant ce jour où un esprit en perdition a entrainé le mien dans sa chute.
-… Je te cueille avec douceur, je te mange avec le cœur, et j'attends tu le sais bien, déjà l'an prochain.
Chanson de la déraison. Le bulletin d’information a encore menti. Il n’y aura pas d’an prochain. Mon futur est resté accroché à ce jour de mon passé. Pas moyen de le surmonter. Ils ont bien fait de me laisser seule.
Le lac est juste froid comme il faut.
Ma pèlerine est juste lourde comme il faut.
La solitude est juste la compagnie qu’il me faut.
Je ne serai jamais une femme comme il faut.
La mort viendra… avec sa faux.
J’ai toujours aimé les rimes. J’ai souvent pensé en rimes… mais là vraiment… ça ne rime plus à rien.





Des mots, une histoire n°36.

Les mots imposés : récidive – tonitruant – isolement – convention – fraise des bois – pilaire – été – pélerine – lézarde – attirance – bulletin – sorbet aux poires – frémissement – perdition – frousse – contrepoint

11 commentaires:

Olivia a dit…

J'aime beaucoup le rythme de ton texte.

Valentyne a dit…

Très triste mais magnifique.

Aymeline a dit…

Triste histoire mais joliment racontée avec cette comptine :)

32 Octobre a dit…

comptine... litanie... mal de vivre... à pleurer

les mots rendent parfaitement l'atmosphère pesante...

Anonyme a dit…

bouleversant ... par le rythme qui nous entraine irrésistiblement vers la chute !
bouleversant ... par les mots si forts...
bouleversants ... par cette alternance entre légèreté refusée et gravité imposée

mamita a dit…

l'anonyme c'est Mamita, erreur de frappe excuse

Gwenaelle a dit…

Très musical ton texte! J'aime vraiment.

bribri86 a dit…

Litanie douleureuse....bien écrite..j'espère que ce n'est pas la souriante Violaine qui a une ame si sombre...!!!

Anonyme a dit…

euhhhhhhhhhhhhhhhhhhh?......................

stef et sa belette a dit…

très beau texte !
triste

Lumane Envolée ! a dit…

Joli texte, mais un peu flippant...
Je vois que la déco a encore changé par ici, tu sembles avoir l'âme bien torturée ma belle ces derniers temps !
Dis-nous que tout va bien ? ;)
Bises